Objectif relance : électrifier l’économie québécoise

Montréal, le 29 mai 2020. Propulsion Québec, la grappe des transports électriques et intelligents, et ses membres lèvent la main pour contribuer à la relance économique, forts des atouts uniques qui caractérisent l’industrie des transports électriques et intelligents au Québec. La crise liée à la COVID-19 a des répercussions sanitaires et économiques dont l’ampleur est encore difficile à quantifier. Il est cependant nécessaire de penser à la renaissance de l’économie québécoise et canadienne, le transport peut servir de levier majeur pour relever ce défi.

par Propulsion Québec
Objectif relance : électrifier l’économie québécoise

Un secteur orienté vers l’avenir

Par des investissements stratégiques en transports électriques et intelligents, le Québec et le Canada se donnent les moyens de faire des pas de géants sur des priorités sociétales telles la lutte aux changements climatiques et l’amélioration de la mobilité. Le Québec miserait ainsi sur une filière stratégique qui offre des rendements financiers importants et une amélioration de la balance commerciale.

Les entreprises de la filière ont des avantages compétitifs indéniables pour contribuer de façon structurelle à la relance durable et stratégique de l’économie de la province :

  • Les entreprises opèrent dans un secteur en croissance exponentielle, avec des perspectives de récupération exceptionnelle à moyen terme [1];
  • Les entreprises sont présentes dans toute la chaîne de valeur des transports faisant en sorte que leur développement a un effet de levier majeur pour l’ensemble de l’économie;
  • Les entreprises sont présentes partout sur le territoire du Québec, ce qui a des effets structurants dans plusieurs régions et municipalités;
  • Ce secteur offre des salaires plus élevés que la moyenne pour le Québec [2]
  • Les entreprises ont développé une expertise de pointe grâce à des talents et aux investissements intensifs en recherche, ce qui se traduit par des brevets distinctifs et nous permet de contribuer à renforcer des créneaux d’expertise uniques au monde;
  • Ce secteur contribue à rehausser la productivité du Québec en introduisant de nouvelles technologies et de l’équipement de production à la fine pointe de la technologie dans le secteur traditionnel des transports ainsi que dans le secteur manufacturier;
  • Une étude réalisée pour le compte de Propulsion Québec par KPMG en 2020 démontre que ce secteur génère d’importantes retombées économiques. La valeur ajoutée pour l’économie du Québec de chaque million de dollars de production supplémentaire oscille entre 448 000$ et 862 000$ et soutien entre 4,8 et 8,6 emplois directs et indirects [3];
  • Ce secteur s’appuie sur les ressources naturelles propres du Québec : l’hydro-électricité et les minerais critiques et stratégiques.

 

Un soutien essentiel du gouvernement québécois

Afin de porter la voix de ses membres, Propulsion Québec a remis aux cabinets provinciaux et fédéraux responsables de la relance économique, de l’environnement, du transport et de l’approvisionnement public, un Mémorandum riche de propositions concrètes pour positionner l’industrie des transports électriques et intelligents au cœur des plans de relance gouvernementaux.

Voici le résumé des recommandations :

  1. Lancer un projet de la Cité de la mobilité durable afin de rassembler en un seul lieu les acteurs stratégiques et ainsi favoriser les synergies pour accélérer l’innovation, l’expérimentation et l’aide à la commercialisation pour les transports électriques et intelligents;
  2. Modifier les règles et pratiques d’approvisionnement public pour privilégier l’achat de véhicules électriques et de solutions pour la mobilité intelligente. Le but de cette proposition est de favoriser le contenu québécois, les retombées positives sur l’environnement, l’innovation et le coût total de possession plutôt que le plus bas soumissionnaire à l’acquisition;
  3. Appuyer de façon plus structurante les entreprises privées qui souhaitent électrifier leur flotte, en bonifiant les incitatifs pour les achats de véhicules électriques moyens et lourds et en fusionnant les programmes Écocamionnage et Transportez vert pour les regrouper sous un seul ministère. Cette mesure permettra de maximiser les ventes pour nos entreprises, tout en améliorant la balance commerciale du Québec;
  4. Encourager massivement la poursuite de la recherche et développement pour conserver l’avance stratégique du Québec dans plusieurs créneaux et accompagner l’industrie traditionnelle du transport dans sa conversion massive vers les nouvelles technologies. Les conditions d’accès et d’octroi pour les programmes de financement de recherche collaborative pourraient être assouplir temporairement pour éviter le retard de dizaines de projets impliquant des entreprises et des chercheurs québécois;
  5. Accélérer l’intégration de l’intelligence artificielle dans le domaine du transport en misant sur la mobilité intégrée (MaaS ou Mobility as a service) et la digitalisation des systèmes intelligents embarqués des véhicules;
  6. Faire du Québec un leader dans le secteur des batteries au lithium en mettant rapidement en place une stratégie intégrée qui rehaussera les capacités du Québec dans toutes les étapes de la chaîne de valeur, allant de l’extraction au raffinage de matériaux critiques en passant par la production de composantes et de cellules de batteries, et ce jusqu’au recyclage des batteries en fin de vie;
  7. Attirer les investissements étrangers afin de repérer des opportunités qui pourraient se présenter à court terme, et ce dans tous les aspects de notre secteur allant de la filiale des batteries jusqu’aux manufacturiers d’équipements et de véhicules électriques et intelligents.

 

Le secteur du transport électrique et intelligent se mobilise et s’illustre pour soutenir les services essentiels pendant la crise.

Plusieurs membres de Propulsion Québec ont pu contribuer à l’effort collectif de lutte contre la COVID-19 à travers différentes initiatives : en produisant des équipements de protection individuelle, comme les 40 000 visières produites par Bombardier, en mettant à disposition leur parc de véhicules électriques pour le transport de personnel soignant et de marchandises, tel que l’ont fait les compagnies Netlift, Communauto, Bixi et Taxelco, ou en organisant des solutions de transport pour soutenir les commerçants locaux, à l’image de la jeune pousse Courant +. Cette jeune entreprise, avec le soutien de Jalon MTL et Coop Carbone, a mis en place un partenariat avec de la Ville de Montréal et les Sociétés de Développement Commercial afin de répondre aux besoins essentiels de livraison en misant sur des vélos cargo électriques pour transporter les marchandises des commerçants locaux dans plusieurs quartiers de Montréal. Une activité bénéfique sur plusieurs plans : pas de bruits, pas de pollution et des commerçants qui poursuivent leurs activités.

Ces initiatives, rendues possibles grâce à une coopération de différents acteurs gouvernementaux et municipaux, démontrent la capacité des joueurs du secteur des transports électriques et intelligents à s’adapter et répondre aux besoins sociétaux et économiques pour une relance verte de l’économie québécoise.

Renseignements :
Sébastien Verret, TACT
581 996-1346
sverret@tactconseil.ca


[1] Une étude de KPMG datant de 2018 estime que la croissance de ventes annuelles mondiales de véhicules électriques (tous types confondus) sera multipliée par 26 d’ici 2030. Une étude réalisée par Marcon en 2019 estime pour sa part que les perspectives de croissance sont exceptionnelles pour les véhicules dans lequel le Québec se distingue actuellement. D’ici 2050, il est attendu que le nombre total de voitures dans le parc complet d’Amérique du Nord sera appelé à diminuer au profit d’un transport intelligent, électrique et partagé. La quantité de véhicules qui seront électriques et/ou intelligents augmentera à plus de 100 fois son nombre actuel passant de 1,4 million à 155,2 millions au cours des 30 prochaines années, ce qui représentera 57,3% de tous les véhicules électriques et/ou intelligents en circulation en 2050. La croissance des catégories de véhicules moyens et lourds électriques et/ou intelligents sera encore plus prononcée puisque ces véhicules sont pratiquement inexistants présentement. En somme, nos différentes études nous permettent d’anticiper que la portion du parc total de véhicules terrestres qui seront électriques et/ou intelligents atteindra 70% du parc total en 2050.

[2] Une étude de KPMG réalisée en 2019 révélait que les salaires dans notre secteur sont de 16 à 58% plus élevés que la moyenne des industries.

[3] Les secteurs stimulés par le développement de la filière des VÉI génèrent d’importantes retombées économiques au Québec.

  • La valeur ajoutée pour chaque million de dollars de production dans les secteurs touchant à la fabrication des véhicules ainsi que de leurs pièces et autres composantes électriques oscillent entre 448 000$ et 652 000$, tout en soutenant de 4,8 à 6,1 emplois. La moyenne pour le secteur de la fabrication est de 537 000$ et de 5,0 emplois soutenus.
  • Du côté des services, la conception des applications, logiciels et systèmes embarqués génère une valeur ajoutée se chiffrant à 805 000$ pour chaque million de dollars injecté dans le secteur, alors que les retombées atteignent 862 000$ en ce qui a trait aux services de recherche et développement. Ces deux secteurs soutiennent respectivement 8,3 et 8,9 emplois par million de dollars de production. Ces retombées se comparent avantageusement à celles de l’économie dans son ensemble, qui se chiffrent à 768 000$ et 8,6 emplois soutenus.

Best jordan Sneakers | Air Jordan XXX1 31 Colors, Release Dates, Photos , Gov