Électrification des transports: une dose d’énergie pour l’économie du Québec

L’électrification de nos transports, notamment dans les transports collectifs et les parcs de véhicules commerciaux représente une occasion de développement économique en or pour le Québec.

par Sarah Houde , Présidente-directrice générale, Propulsion Québec
Électrification des transports: une dose d’énergie pour l’économie du Québec

La mobilité électrique et intelligente suscite un engouement remarquable à l’échelle mondiale. Et pour cause : nombreux sont ceux qui considèrent que l’avenir de la mobilité se situe dans les véhicules connectés, autonomes, partagés et électriques.

L’électrification de nos transports, notamment dans les transports collectifs et les parcs de véhicules commerciaux, constitue un espace stratégique incontournable pour réaliser des avancements significatifs afin de réduire notre empreinte carbone, secteur responsable à lui seul de plus de 43 % des émissions de gaz à effet de serre au Québec. Elle représente également une occasion de développement économique en or pour le Québec.

D’EXCELLENTES NOUVELLES BUDGÉTAIRES

La semaine budgétaire a réservé plusieurs belles annonces pour le secteur des véhicules électriques. La décision du gouvernement fédéral d’aller de l’avant avec un incitatif pour l’achat d’un véhicule zéro émission est une excellente nouvelle. Jumelée au rabais en place au Québec, la somme des incitatifs atteint désormais jusqu’à 13 000 $ pour les Québécois qui souhaitent se convertir à l’électrique.

Le budget du Québec évalue d’ailleurs que la reconduction du programme Roulez vert aura pour effet d’encourager l’acquisition de plus de 60 000 véhicules électriques et l’installation de près de 27 500 bornes de recharge à domicile. Ces bornes sont en très grande majorité conçues, produites et utilisées au Québec.

De la même façon que nous incitons nos concitoyens à opter pour une voiture électrique, nous devons miser sur des mesures audacieuses pour inciter davantage d’entités publiques, de sociétés de transport, d’industries et d’entreprises à privilégier dès maintenant les véhicules zéro émission, et ce, tout en continuant de soutenir avec vigueur la mobilité durable, y compris les options traditionnelles et innovantes en transport collectif.

Pour ce faire, il est essentiel d’adopter une vaste stratégie pour accélérer la conversion à grande échelle des parcs de véhicules qui passent leurs journées à sillonner nos routes pour transporter, livrer et nettoyer.

Cette stratégie, rendue possible grâce aux avancées technologiques et exigée par les impératifs environnementaux, représente une occasion extraordinaire de soutenir des entreprises d’ici.

Le Québec dispose d’un riche écosystème dans le secteur des transports. Et c’est dans la filière des véhicules spécialisés que des entrepreneurs québécois se démarquent et imposent leur leadership mondial.

Ces entreprises innovantes créent et fabriquent des navettes, des autobus, des véhicules d’entretien extérieur, des motoneiges, des camions d’ordures ou de livraison urbains qui parcourent nos routes et celles d’autres métropoles du monde.

Du coup, l’adoption de mesures pour stimuler la conversion vers des parcs de véhicules électrifiés a pour effet de stimuler l’économie métropolitaine et régionale en soutenant les entreprises d’ici qui développent maintenant la mobilité de l’avenir.

DÉDUCTION FISCALE

Dans son budget déposé le 19 mars dernier, le gouvernement fédéral a annoncé que les entreprises pourront désormais bénéficier d’une déduction fiscale complète pour l’acquisition de véhicules zéro émission pour l’année où ceux-ci sont mis en service.

Cet incitatif devrait permettre de cumuler, dans un avenir proche, des exemples d’organisations qui ont réussi brillamment cette transition. Parmi elles, la SAQ, qui a récemment fait le choix de se doter de véhicules de livraison urbains entièrement électriques conçus par La compagnie électrique Lion, une entreprise de Saint-Jérôme. Autre exemple tangible ? L’entreprise lavalloise Nordresa, spécialisée dans l’électrification de véhicules destinés au transport de marchandises, compte parmi ses premiers clients Isuzu Commercial Truck of America et des opérateurs de flotte novateurs comme Déménagement Myette.

Nos actions ne doivent pas s’arrêter là : en parallèle, il est essentiel d’investir dans nos infrastructures électriques, de déployer le réseau de bornes de recharge à la grandeur du territoire, et d’appuyer la recherche et le développement afin de soutenir l’essor de technologies nouvelles et de filières clés, comme celle des batteries au lithium. Il faut également offrir des vitrines technologiques pour démontrer l’efficacité des véhicules, diffuser nos succès et, du même coup, réduire l’angoisse de l’autonomie et de la recharge.

Aux quatre coins du monde, des pays et des villes se fixent des cibles de réduction du nombre de véhicules à combustion sur les routes ainsi que des dates butoirs à partir desquelles le transport électrique deviendra, au sens strict, la norme. Nos entreprises le savent et déploient leur savoir-faire et leur créativité pour s’imposer dans ce créneau porteur d’avenir. Nous devons saisir les occasions économiques qui découlent de ce foisonnement et contribuer activement au rayonnement de nos entrepreneurs innovants afin d’assurer le succès de cette transformation inévitable du marché des transports.

Ce texte a été publié dans La Presse