Nouvelles

CAPEX – comment prendre des bonnes décisions concernant l’électrification des flottes ?

Reconnaissant l’importance de maintenir l’avance du Canada et du Québec…

…dans le secteur de l’électrification des transports tout en assurant notre engagement lié à la réduction des GES selon l’accord de Paris, le Gouvernement du Québec offre d’aides financières pouvant aller à plus de 100 000 $ pour la mise en œuvre d’un projet de migration vers une flotte électrique. Toutefois, les entreprises doivent contribuer avec au moins 50 % de l’investissement total et souvent le montant nécessaire dépasse les limites de financement autorisées par le gouvernement. Alors, comment reconnaître les meilleurs véhicules candidats à la migration ? Comment assurer que le CAPEX permettra un bon retour sur l’investissement et ne mettra pas en péril la santé financière de l’organisation ? La réponse est certainement l’intelligence d’affaires grâce au Big Data.

En septembre dernier, lors de l’événement Impulsion MTL, l’analyse des données collectées par les systèmes de télématique était au centre de l’attention. Le vif intérêt suscité par le thème confirme que le virage est un impératif et que le futur est bien plus proche que l’on imagine. Il faut commencer à se préparer dès maintenant pour assurer un avenir durable et compétitif. Les défis sont nombreux : la formation de la main d’œuvre, la capacité des réseaux d’électricité, l’attente pour obtenir un camion ou un autobus électrique, pour évoquer quelques-uns.

Dans ce contexte assez complexe, AttriX, leader en télématique et big data dans le domaine du transport au Québec et acteur majeur dans l’électrification des flottes commerciales, a lancé sa plateforme Lighthouse. Cette nouvelle solution vise à automatiser l’identification des véhicules thermiques rencontrant les critères pour une conversion vers un équivalent électrique, afficher les opportunités sommaires en gains financiers et réduction en GES pour encourager un gestionnaire à prendre action. Par la suite, la plateforme simplifie l’analyse et la prise de décision concernant l’électrification des véhicules en se basant sur l’analyse des données collectées en amont des investissements majeurs tels que les besoins en puissances et infrastructures selon les trajets et équipements. « Pour s’assurer que le virage énergétique représentera une opportunité et non un fardeau pour les compagnies de transport, le gestionnaire doit planifier et mettre en place une stratégie de transition basée sur des informations réelles et facilement compréhensibles de sa propre flotte. Notre solution permet d’évaluer chaque véhicule à un niveau de détail hors pair. Ainsi, il peut déterminer les routes, les tendances de conduite et les candidats qui fourniront les meilleures performances pour remplacer un véhicule à combustion par un modèle électrique, » explique Anthony Mainville, président d’AttriX.

Conçue avec le support de grands joueurs en technologie comme Google pour l’infrastructures et Geotab, qui nous permet d’accéder à la plus riche banque de données véhiculaires agrégée dans l’industrie, cette solution assure des analyses comparables, un volume surprenant d’informations critiques et une sécurité irréprochable pour répondre aux besoins des entreprises pour la première étape de la migration : la planification. Les bénéfices de cet outil s’étendent aussi aux entreprises qui font leurs premiers pas vers une opération plus verte puisque les mesures de consommation thermique pré-transition peuvent améliorer les habitudes de conduite et optimiser l’usage de carburant des véhicules non encore éligibles à la migration. Avec une meilleure performance, les entreprises obtiennent une réduction des coûts opérationnels et des émissions de GES en même temps.

Par ailleurs, les enjeux ne s’arrêtent pas là puisque les véhicules électriques génèrent des données télématiques et d’instrumentations différentes de celles des véhicules conventionnels. « C’est pour cette raison que, depuis longtemps, nous travaillons étroitement avec les OEMs. Notre compréhension des VÉ est unique dans le marché. Après le déploiement d’une de nos solutions sur une flotte totalement ou partiellement électrique, les gestionnaires peuvent accéder à des rapports sur la consommation d’énergie. Que ce soit pour un véhicule léger, lourd ou un autobus, il est donc possible d’établir une cible de réduction des GES réaliste selon l’historique de la flotte et suivre l’évolution. Ils peuvent recevoir des notifications de niveau de batterie pour indiquer le besoin imminent d’une recharge, prioriser l’ordre de charge de la flotte, centraliser et simplifier la ronde de sécurité des véhicules (RDS), sans oublier la traçabilité qui pourrait être demandée par l’industrie. Dernier point mais non le moindre, les entreprises comptent avec le service de soutien d’AttriX, reconnu pour son agilité, efficacité et cordialité. Cela comprend de nombreuses formations gratuites ou à la carte pour améliorer la conformité et le bon roulement des affaires, » complète Anthony.

Une fois les véhicules éligibles identifiés, il est nécessaire d’évaluer d’autres données critiques : le besoin énergétique et la disponibilité d’électricité sur le site de chargement. Par exemple, un camion de catégorie 6 pour des livraisons du dernier kilomètre, avec une autonomie de 340 km, aura besoin d’une borne de niveau 3, préférablement avec une puissance entre 250 et 350 kW pour une recharge rapide (minimum 2 heures). Les travaux d’infrastructure doivent être estimés avec attention et dépendent de la disponibilité du fournisseur local d’énergie.

Lors de son allocution au sommet international sur le climat organisé par le gouvernement américain en mai 2021, le premier ministre Justin Trudeau a expliqué que le prix carbone atteindra les 170 dollars la tonne d’ici 2030. Si l’industrie du transport espère contribuer effectivement à atteindre l’objectif de réduction de 40 à 45 % des émissions de GES à la fin de cette période (par rapport au niveau de 2005), les entreprises qui souhaitent bénéficier d’une image positive et de résultats financiers solides doivent se mettre en action aujourd’hui. Demain il sera trop tard.


Pour plus d’informations, veuillez contacter Luciana Coura au 514-247-2958 ou par courriel à lcoura@attrix.ca.